phone +32 495 88 15 02

Wijziging aanbod vanaf 1 oktober 2021

Zwanger in Brussel contraint d'arrêter les accompagnements à l'accouchement. 

Les services de santé de première ligne crient à l'aide


Bruxelles, 1er juin 2021- A partir d'octobre 2021, le cabinet de sages-femme Zwanger in Brussel (ZIB) se concentrera sur les consultations pré et postnatales, les visites à domicile, les séances d'information et le soutien à l'allaitement et non plus sur le accouchements. 

Une pénurie structurelle de sages-femmes (expérimentées) souhaitant travailler  en première ligne à Bruxelles a contraint ZIB à interrompre son activité d’accompagnement à l’ accouchement pendant au moins 6 mois. 

" ZIB a toujours eu la volonté de créer des conditions de travail optimales pour les sages-femmes, tout simplement parce que nous savons à quel point ce travail est difficile", déclare Elke Van Den Bergh, fondatrice de ZIB. "Nous avons toujours travaillé en équipe, ce qui signifie que nous pouvions nous soulager mutuellement et nous partager les gardes. Actuellement nous ne sommes plus en mesure de le faire .”

La demande de soins prodigués par des sages-femmes (tant à domicile qu'à l'hôpital) augmente, notamment en raison de la pandémie du coronavirus. Cependant, le nombre de sages-femmes qualifiées et expérimentées n'augmente pas. Par conséquent, au cours de l'année écoulée, les sages-femmes de ZIB ont dû être disponibles en moyenne 15 nuits par mois, en plus de leur emploi à plein temps le  jour; cette charge de travail n'est plus soutenable. 

Le manque de sages-femmes dans les soins de première ligne est dû, selon ZIB à plusieurs facteurs qui affectent également d'autres cabinets de sages-femmes. Premièrement, les lacunes dans la formation des sages-femmes signifient que les futures sages-femmes sont à peine initiées aux aspects divers et riches des soins de première ligne. Cela rend l'accès à ce secteur pour les jeunes diplômés plus difficile. Deuxièmement, la disponibilité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 de la petite équipe demande beaucoup d'énergie.

En outre, le manque de reconnaissance et de respect des soins de première ligne a un impact sur le statut et la rémunération du prestataire de soins. Enfin, c'est un défi de recruter des sages-femmes néerlandophones à Bruxelles, dont il est attendu qu'elles puissent assister les accouchements en néerlandais, en français et en anglais.

Les sages-femmes du ZIB sont conscientes que leur présence dans le paysage bruxellois de l'accouchement est une grande valeur ajoutée, notamment grâce à leur collaboration avec des hôpitaux comme  Saint-Jean. "Notre objectif est toujours de donner aux femmes la confiance et la force de porter un regard le plus positif possible sur leur accouchement. Nous faisons donc de la nécessité une vertu et adaptons notre offre afin de pouvoir continuer à diffuser ce message", déclare Arlind Van Winckel, co associée.

Les couples concernés, dont l'accouchement ne sera plus possible avec ZIB à partir d'octobre 2021, ont été personnellement informés et orientés vers d’autres  alternatives.

Après la pause, à la fin du mois de mars 2022, l'équipe de ZIB évaluera comment elle pour poursuivre son travail. Le cabinet lance  toujours un appel, à toutes les sages-femmes expérimentées intéressées par les soins primaires de se manifester.

Contact presse

Maud Vanwalleghem – 0499/29.29.18
info@zwangerinbrussel.be



{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x