Récits

Geboorte van Célia in het ziekenhuis

Het verhaal van de geboorte van Célia in het ziekenhuis, tweede kindje voor haar mama en papa.

Zaterdag 17 juni 2017, 22u37u, 32°C. Ter hoogte van de Home of Cooking achter het Muntplein, brak discreet mijn water. De afgelopen dagen kondigde mijn losgekomen slijmprop ook zachtjes aan dat het bijna zover was. Ik kreeg last van lage rugpijn en telde de afgelopen uren een record aantal harde buiken. Dat mocht ook wel na een dag als deze waarop ik ijverig hielp een buffetkast en loodzwaar bed te verhuizen, fanatiek trappenliep, fietste over kasseien, vol overgave stofzuigde en dweilde, tonic dronk en tot slot om kwart na tien ‘s avonds nog een laatste keer de benen strekte. Bovendien wou ik mijn stelling kracht bij zetten dat een tweede kind in het weekend geboren wordt, als het eerste op logee is. Dan kan de zwangere moeder zich beter ontspannen want geen zorgen over de oudste telg. Het was trouwens de laatste kans om mijn gelijk te bewijzen, mijn inleiding stond komende dinsdag op de agenda. Daar had ik hoegenaamd geen zin in. Ik zag het al voor me: een vroeggeboorte bij de zoon en mevrouw die zich laat inleiden, dat is er zwaar over. 9 dagen overtijd is lachwekkend genoeg.

Opgewonden wandelde ik verder, zette mijn muziek wat luider en dacht: ze komt, ze komt! Toegekomen aan ons appartement twijfelde ik of ik niet beter de lift zou nemen, maar besloot toch om,  zoals ik al vier weken deed, de zes verdiepingen met de trap te doen. Voor de zekerheid en om geen vertraging op te lopen.

Thuis riep ik opgetogen naar Anton dat het zover was. Net zoals bij Mauro’s geboorte lag hij te slapen, veerde onmiddellijk recht en kwam naar me toe. Twee keer strippen, seks, trappenlopen, ananas eten, acupunctuur (ik werd radeloos), vaginaal oliesmeren, het pikantste gerecht bij de Thai bestellen, tonic drinken, uren in bevallingsbevorderende houdingen zitten en deze actieve dag zullen ein-de-lijk hun vruchten afwerpen! Enthousiast belden we, te vroeg volgens de richtlijnen van de belbrief van Zwanger in Brussel met Arlind. Echte weeën had ik nog niet en ik kroop op haar advies mijn bed in. ‘Probeer nog wat te rusten, je zal je energie nodig hebben.’ 

Van zodra ik me neerlegde kwamen de eerste weeën. Maar goed ook, ik had er goesting in. Anton bouwde een gezellig weeënhoekje in de slaapkamer: gedempte lichten, handdoeken op de vloer, zitbal bij de aanslag, druivensuiker en water binnen handbereik en zijn handen stevig gepland in mijn onderrug. Fragmenten uit het boek Veilig Bevallen van Beatrijs Smulders flitsten door mijn hoofd: je volledig laten gaan, niet verzetten, mentaal en fysiek openen. Ik zette me in verschillende poses uit de prenatale yoga en schreeuwde het geregeld uit. Dat deed deugd. Ondertussen hield Anton de tijd tussen de weeën bij. Die was best kort. Na drie kwartier belde hij Arlind terug op. ‘Dat ze om de 3 à 5 minuten komen, nog al lang aanhouden en stevig lijken.’ Daar ging haar powernap.

Bij ons thuis had ze snel door dat het menens was. Ze wist dat ik in het ziekenhuis wou bevallen. ‘Ik stel voor dat we stilaan vertrekken. Hoe wil je gaan?’ Aangezien ons appartement als bijvleugel van Sint-Jan kan worden beschouwd, antwoordde ik vastberaden dat ik te voet wou gaan. Waar ik voordien twee minuten over wandelde, deden we er nu ruim een half uur over. Bij elke paal (en ook daar tussen) hield ik stil, ving ik een wee op, schreeuwde het uit. Op 50 meter van de spoedafdeling passeerde een groepje moslimmannen, net na de Iftar, en vroeg bezorgd of ze geen ambulance moesten bellen. Arlind geloofde in mijn kunnen en bedankte hen vriendelijk.

Tussen de aankomst op de spoed en ons installeren in de verloskamer herinner ik me weinig. Arlind nam de regie over, ik moest gewoon volgen. Ook deze keer hadden we geluk en zaten we in de grote verloskamer met bad, zitbal en hangtouwen. Een vroedvrouw in opleiding vroeg of ze de bevalling mocht meevolgen. Ze heette Celia. Anton en ik keken elkaar aan. Dit komt meer dan goed.

Ik trok onmiddellijk mijn kleren uit, zoog de zoveelste druivensuiker naar binnen, verbeet het plaatsen van het slotje voor een eventuele katheter en begon rond te wandelen. Arlind vroeg of ik een bad wou. Graag. De weeën leken mee te werken (niet minder frequent, wel draaglijker). Tussen twee weeën dommelde ik in en liet mijn heupen wijd openvallen. In mijn hoofd herhaalde ik de mantra ‘openen, openen, openen.’ Ik had snel persdrang. Toen na een tijdje bleek dat ik nog 1 cm te gaan had voor ik echt kon beginnen persen, kroop ik uit bad. Ik nam het blikje iced-tea (geen bevalling zonder iced-tea) en dronk het, over de venster leunend, in een teug op. Buiten was het eindelijk minder heet, nog steeds donker en stil. Dat moment ervoer ik een intens geluk.

Kort daarna kreeg ik het even moeilijk. Dat het toch echt wel stevig was, die weeën. Arlind moedigde me aan op een manier dat ik kon verdragen. Geen standaard schouderklopje maar oprechte steun. Uit haar stem klonk bewondering en vertrouwen. Ik maakte opnieuw de klik, kroop terug het bad in om ook die laatste koppige centimeter te laten weken en van zodra ik terug persdrang voelde kwam ik er uit. Nu was de baarkruk aan de beurt. Een wc-bril op poten, wat een uitvinding. Ik leunde naar achteren op Anton en duwde me telkens er een wee kwam stevig af met mijn ellebogen op zijn knieën. Snel, het leek een kwestie van minuten, kwam haar hoofdje tevoorschijn. De zwaartekracht nam over, ik stak enkel dat laatste tandje bij. En opeens was ze daar, ons meisje, Célia, geboren om 5u28. Opgelucht, euforisch en verliefd hield ik haar vast.

Lang leve de zondagskinderen.

Geboorte van Brecht in het ziekenhuis

Het verhaal van de geboorte van Brecht in het ziekenhuis, eerste kindje voor haar mama en papa.

Lieve Brecht,

Daar ben je dan eindelijk! We keken al zo lang uit naar je komst, maar je had het nog zo goed naar je zin in mijn buik, dat je besloot tien dagen langer bij mij te blijven. Die uitgerekende datum, we wantrouwden hem al lang, maar uiteindelijk ga je daar toch naartoe leven. En elke dag na 15 maart duurde te lang. Ik was al meer dan vier weken thuis. Alles waarvoor ik na jouw komst geen tijd meer zou hebben, zeggen ze dan, had ik inmiddels al twee keer gedaan. Op restaurant, naar Ancienne Belgique, het filmhuis, elke dag de krant van A tot Z lezen: ik had er zo naar uitgekeken, maar dit begon toch echt te vervelen. En met het verstrijken van de tijd begon ik zelfs een beetje ongerust te worden. Het scenario van de bevalling, dat ik al in detail kende, begon steeds minder realistisch te worden. Straks zou ik niet geholpen door een vertrouwde vroedvrouw bevallen en zou het ziekenhuis het heft overnemen. Gelukkig hadden de vroedvrouwen er nog steeds het volste vertrouwen in. Zij wisten mij bij elk bezoek weer gerust te stellen. Jij had nog alle tijd om uit je zelf te komen. En zo ging het.

Febe moest je wel een handje helpen door je hoofdje even te kietelen (strippen heet dat dan). Maar je sliep nog lekker door. Pas de volgende ochtend begon het te rommelen. Toch durfde ik nog niet te geloven dat dit het begin was. Die ochtend moesten we sowieso naar het ziekenhuis om jouw hartje te monitoren. Vanzelfsprekend stapten we op de fiets: in Brussel ben je kruipend sneller op je bestemming dan met de auto (dat zou later die dag nog blijken). Na een paar honderd meter werd dit toch te ongemakkelijk en ben ik bij heit (Fries voor vader) achterop de fiets gestapt.
Eenmaal aan de monitor bleek dat met jou alles dik in orde was en dat mijn buikpijn wel degelijk weeën waren. ‘Dat kan nog wel een paar dagen duren. Of niet, en dan zien we jullie vanmiddag wel weer,’ zei de verloskundige.

Weer thuisgekomen, deze keer met een taxi, duurde het niet lang meer voordat de arbeid echt losbarstte. Op handen en knieën onder de douche en daarna opgesloten in een verduisterde kamer diende je jouw komst met steeds grotere regelmaat aan. Heit kwam naast ons zitten en kon nog even de krant lezen en proberen mij tussen de weeën door wat fruit te voeren. Na een paar onwezenlijke uren kwam Febe aangefietst. Zij kwam al snel tot de conclusie dat wij al een aardig eind op weg waren. We konden langzamerhand wel eens naar het ziekenhuis gaan. Het was16u00 en omdat ik me zo verdiept had in allerlei bevallingsverhalen begon ik te rekenen dat jij voor de nacht in mijn armen zou liggen. Febe stapte weer op de fiets en wij in de auto, op handen en knieën op de achterbank. Ik ben benieuwd wat de Brusselaars hebben gedacht bij die aanblik. Uiteraard hebben we de hele route stapvoets moeten voortbewegen en bij elk stoplicht, omringd door de kakofonie van het Brusselse verkeer, stilgestaan. Ook bij de spoedeisende hulp konden we op weinig coulance van de andere automobilisten rekenen en dachten zij met flink toeteren jouw heit te kunnen aansporen mij sneller van de achterbank te helpen.

In de verloskamer -en ineens dringt de volledige betekenis van het woord verloskamer goed tot mij door- heb ik samen met Febe alle mogelijke posities uitgeprobeerd: van het bed naar de skippybal om uiteindelijk in bad te belanden, zoals we al eerder hadden besproken. Wat was dat heerlijk! Febe begeleidde het hele proces zo kalm, dat het voelde alsof heit en ik alleen waren. Zij maakte het bad warmer als ik het koud had, bracht water als ik dorst had en een koud washandje als ik het weer te warm had. Buiten werd het langzaamaan schemerig, het was zowaar sfeervol in de kamer. Op een gegeven moment moest ik van Febe toch nog even naar het toilet. Hangend op haar en heit lukte dat maar nauwelijks. Buiten mijzelf heb ik heit zelfs even gebeten! Maar uiteindelijk was dat het enige leed dat hij te verdragen kreeg. Al die yogalessen waren toch niet voor niets geweest. Concentrerend op mijn ademhaling en volledig in mijzelf gekeerd liet ik de golven van pijn over mij heen gaan. Ik had lang gepiekerd over het al dan niet vragen om pijnbestrijding, maar tijdens de bevalling heb ik daar geen moment aan gedacht.

Teruggestrompeld in een verschoond bad voelde ik dat jij er ook klaar mee was: er uit! Jij begon ook te werken en dat hebben we samen een halfuur gedaan. Heit zat achter ons gehurkt, Febe en een tweede vroedvrouw tegenover ons aan de rand van het bad. Het was inmiddels donker geworden buiten. Ik heb geschreeuwd, niet wetende dat ik zulke kreten produceren kon. En toen, dat laatste stukje: ik kon je hoofdje al zien. ‘Nog een keer persen’, verzekerde Febe mij. Daar kwam je, als een wit wormpje in het water. Een tel later lag je al op mijn borst. Na al die maanden een idee in ons hoofd en een bewegende bult in mijn buik ben je ineens onze dochter, echt, Brecht!

Naissance à domicile de June

DJANGO, MON PREMIER ENFANT

J’ai accouché de Django à l’hôpital, après une petite dizaine d’heures de travail vécues en tête-à-tête avec mon compagnon, sans recevoir d’autre aide du corps médical que le « conseil », une heure avant l’arrivée de mon bébé, de profiter du passage de l’anesthésiste pour une autre maman pour recevoir une péridurale (« oui, vous pouvez aller dans la baignoire, mais l’anesthésiste est là, donc si vous voulez une péri, c’est maintenant »). N’étant qu’à quatre centimètres d’ouverture (aaaah la fameuse ouverture…), je n’ai plus osé parier sur mes forces mentales et physiques et j’ai opté avec soulagement pour la péridurale. Je sais aujourd’hui que cette « phase de désespérance » dans laquelle je me trouvais alors précède bien souvent la phase d’expulsion et que c’est précisément à ce moment que les futures mamans ont le plus besoin d’être encouragées et soutenues. À l’époque, mon compagnon et moi étions bien trop peu expérimentés et informés pour le savoir. Dommage, car si je ne veux absolument pas diaboliser la péridurale, avec le recul j’aurais préféré recevoir du soutien de l’équipe médicale pour reprendre confiance en moi, trouver une autre position, recevoir un massage, etc. Au lieu de cela, j’ai dû rester allongée pour la fin du travail et, au bout d’une heure, j’ai supplié la sage-femme pour qu’elle m’examine à nouveau car je sentais mon bébé très bas dans mon bassin. Septique, elle n’a accepté que pour me tranquilliser jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle voyait la tête de Django et qu’elle se précipite pour appeler le gynécologue et m’emmener dans la salle d’accouchement. Je n’ai absolument rien senti de la poussée et de la venue de mon fils au monde. Au passage, plusieurs actes médicaux m’ont été imposés : prise de laxatif, monitoring, injection d’antibiotiques (mon fils étant arrivé avec trois semaines d’avance, je n’avais pas fait le test pour le streptocoque, j’ai donc reçu les antibio par défaut), épisiotomie. Pour ces deux dernières interventions, je n’ai été informée qu’après qu’elles aient été pratiquées… Quant au gynécologue qui m’avait suivie durant ma grossesse et dont la présence me semblait alors si importante, il n’est arrivé que plusieurs minutes après la naissance de Django, tant la fin a été rapide. Comme mon fils allait bien, j’ai pu aussitôt l’accueillir en peau-à-peau. On nous a ensuite laissé trois heures ensemble dans la pièce de travail (les trois plus belles heures de ma vie) avant de nous conduire dans une chambre de la maternité et de m’apporter à manger (cela faisait 24h que je n’avais rien avalé, je me sentais très fébrile). Une sage-femme est passée pour voir comment se passait l’allaitement ; je n’avais pas réussi à mettre Django au sein dans les premières heures qui ont suivi sa naissance (la faute à mon inexpérience, à la péridurale, aux trois semaines d’avance de mon fils…) et, désormais, il dormait. Nous finîmes par lui donner le colostrum à la cuiller ; le début de l’allaitement fut maladroit et stressant pour lui comme pour moi.

Une naissance des plus banales, en somme, pour laquelle je m’étais assez peu préparée et documentée, m’en remettant complètement à l’expertise du corps médical. Mais finalement, ces fameux « spécialistes » de l’accouchement se sont révélés très peu présents lors de la naissance de Django : absence d’une sage-femme pour accompagner mon travail et la mise en sein, absence du gynécologue au moment de l’expulsion… j’ai vraiment eu le sentiment de ne pouvoir compter que sur moi, mon compagnon et Django. Paradoxalement, même si je regrette de ne pas avoir pu faire certains choix, c’est cette relative absence du personnel médical qui m’a permis d’aimer profondément ce premier accouchement. Livrée à moi-même, je suis fière d’avoir donné naissance à mon fils avec l’aide de son papa. Dès les semaines qui ont suivi, même si l’idée d’un deuxième enfant était encore bien loin, j’ai commencé à m’intéresser de plus près au processus de la naissance et aux alternatives à un suivi de la grossesse par un gynécologue. Je désirais revivre ce sentiment incroyable de devenir mère en m’appropriant le plus possible le chemin vers la naissance, tout en bénéficiant d’une personne expérimentée, disponible et bienveillante pour nous accompagner, mon futur bébé, mon compagnon et moi. Je compris toute l’importance du travail de sage-femme. L’année dernière, mon amie Lexane donna naissance à son premier enfant à la maison assistée de deux sage-femmes ; son choix me donna le courage de préparer à mon tour ce projet qui me semblait alors un peu fou et qui trottait pourtant depuis quelques mois secrètement dans un coin de mon cœur : donner naissance à mon deuxième enfant à domicile.

JUNE

June m’a prise au dépourvu en s’invitant très rapidement au creux de mon ventre. J’ai alors cherché conseil auprès d’Anaïs, du blog Bruxelles-les-Oies, qui, bien que je ne l’ai encore jamais rencontrée, est une véritable source d’inspiration pour moi en matière de maternage doux à Bruxelles. C’est ainsi que je suis arrivée chez Zwanger in Brussel. Dès le premier rendez-vous, j’ai le sentiment que mon histoire et mes attentes sont entendues. Je me sens bien dans ce cabinet. C’est donc avec les quatre sage-femmes de Zwanger in Brussel que je préparerai mon projet d’accouchement assisté à domicile.

Le 5 juin, l’aube pointe timidement le bout de son nez après une nuit d’orage lorsque je ressens les premières contractions. Elles sont fortes, mais très espacées et je crains à nouveau un « faux travail » comme j’en ai déjà vécu plusieurs la semaine précédente. Je ne réveille donc personne et j’essaye de me reposer un maximum entre deux contractions en pratiquant des techniques de projection et de respiration apprises en hypnothérapie. Vers sept heures, mon fils nous rejoint dans notre lit comme à son habitude. Dès que Django quitte mes bras pour se lancer dans de longues conversations alambiquées, je demande à mon compagnon de sortir de la chambre avec lui pour me laisser dans ma bulle. Je cherche des mouvements répétitifs à effectuer debout, pour faciliter le travail : j’ai alors l’idée de « nettoyer » la douche de la salle-de-bain qui jouxte ma chambre ; bien évidemment, je ne nettoie pas vraiment, mais la répétition d’un mouvement vertical m’aide à me concentrer et l’eau chaude apaise considérablement les contractions. Vers neuf heures, tout s’arrête. Je vais prendre mon petit déjeuner en pestant et retourne me coucher, boudeuse, espérant rattraper quelques heures de sommeil. Une heure et demie plus tard, les contractions sont à nouveau là, plus fortes, plus rapprochées. Puisque je tourne en rond dans ma chambre, je propose à Django et son papa d’aller au parc qui se trouve à cent mètres de la maison. Nous prenons une balle et improvisons un « foot », pendant que mon homme chronomètre mes contractions sur son téléphone. Celles-ci durent plus d’une minute et ne m’en laissent que trois ou quatre de répit. « J’appelle la sage-femme ? » me demande-t-il. « Attends encore un peu », lui dis-je, « j’ai peur que tout s’arrête à nouveau ». En réalité, je suis tellement tournée vers l’intérieur de moi-même, tellement concentrée sur mon travail, que je ne me rends pas compte de l’intensité et de la rapidité de celui-ci. Prise d’une certaine euphorie, je joue avec mon fils, prenant appui contre un arbre dont j’admire l’écorce le temps de laisser passer la contraction. J’ai perdu toute notion du temps. Lorsque je me révèle incapable de frapper dans la balle, je comprends l’urgence de rentrer à la maison. Mon homme appelle alors la sage-femme et Charlotte, la future marraine de June, qui viendra s’occuper de Django. Laure, la sage-femme de garde ce week-end là, assiste un autre accouchement à l’hôpital ; c’est Elke qui nous rejoindra. Mon fils, sentant que les choses s’accélèrent autour de lui sans bien en comprendre le sens, est brièvement pris de panique et réclame de rester avec moi alors que j’ai besoin de m’isoler dans la chambre. Je le prends dans mes bras et le rassure un moment ; lorsque Charlotte arrive, il est ravi d’aller jouer avec elle dans le salon. Il est midi lorsque Elke entre dans la chambre. Elle me pose quelques questions entre deux contractions, observe comment j’accueille celles-ci, écoute le cœur du bébé et me demande si je veux connaître l’ouverture de mon col. Elle est aussi étonnée que moi que j’en sois déjà à huit centimètres. « Là, je touche la tête de ta fille, est-ce que tu peux le sentir ? » me demande-t-elle. Elke appelle Marloes, la seconde sage-femme qui doit nous assister pour l’expulsion, mais qui n’arrivera finalement pas à temps. J’avais depuis longtemps dans l’idée de prendre un bain à la fin de mon accouchement mais il fait trop chaud, je décide de retourner sous la douche. Elke me demande si j’ai une idée de l’endroit où je souhaite accoucher ; j’ai l’impression que je pourrai le faire debout, en appui sur la coiffeuse qui accueille mes contractions depuis une petite heure, mais très vite, je me retrouve semi-assise dans la douche, assaillie de contractions très puissantes. Mon compagnon s’affaire pour faire chauffer des serviettes sur le radiateur. De temps à autre, je sens sa main qui se pose sur mon épaule pour m’encourager. Je muse depuis le début des contractions pour m’aider à me concentrer ; mes sons rauques deviennent des cris, qui s’interrompent presque aussitôt lorsque j’ai le souffle coupé par l’envie de pousser. « J’ai mal, très mal », je répète quelques fois. Elke m’encourage, me disant plusieurs fois que je me débrouille très bien, que c’est bientôt fini. Elle écoute encore une fois le cœur du bébé, me rappelle comment respirer entre deux contractions, me demande de ne pas pousser immédiatement très fort lorsque je commence à en ressentir le besoin, de laisser mon bébé descendre encore un peu. Elle me propose de sortir de la douche pour m’installer sur le lit où elle a déjà disposé des alaises. Je m’installe à quatre pattes ; mon homme est face à moi, Elke derrière. Je pousse une première fois, la poche des eaux se rompt et je sens la tête de June s’apprêter à passer. J’ai le sentiment qu’elle ne sortira jamais. Elke m’encourage, elle me dit que je fais tout le travail toute seule et que c’est parfait, que ma fille sera bientôt là. À la contraction suivante, la tête de June sort et je pose spontanément ma main sur son crâne. Je ne la vois pas évidemment, mais je la sens déjà sous ma main et c’est un moment incroyablement émouvant et apaisant pour moi ; j’ai l’impression qu’il dure des heures. Une poussée plus tard, Elke dégage l’épaule de June et tout son corps suit. Je me suis redressée sur les genoux et je l’accueille dans mes bras. Il est 13h, June est née et le soleil point derrière les rideaux de la chambre. J’observe ma fille un instant avant de la prendre contre moi et de m’allonger dans le lit. Son papa arbore un immense sourire et essuie doucement sa tête avec un lange en mousseline. Le reste de son corps est très propre, puisque la poche s’est rompue tard, et encore légèrement recouvert de vernix. L’odeur de June est enivrante. Je n’en reviens tout simplement pas d’avoir réceptionné moi-même mon bébé de mon ventre. Nous attendons tranquillement la sortie du placenta ; mon homme coupe le cordon une fois qu’il a cessé de battre et June, très éveillée, se met d’elle-même en quête de mon sein. Ayant visionné des vidéos de « breast crawl » durant ma grossesse, je la laisse faire : c’est très impressionnant de voir la force qu’elle parvient à déployer alors qu’elle n’a que quelques minutes de vie, sa tête qui se soulève, ses pieds qui prennent appui contre mon ventre pour avancer. Elle trouve un mamelon et se met à téter avidement. Charlotte et Django nous rejoignent : mon fils est très ému (Charlotte me dira plus tard combien il était fébrile quand Nicolas est venu leur annoncer que June était née). Nous sommes tous les quatre dans notre grand lit. Tout est si serein, je plane complètement. Je n’aurais pas pu rêver plus bel accouchement pour devenir mère une deuxième fois. Il m’est difficile de trouver les mots pour expliquer à quel point cette naissance était intense et belle. Ce n’est sans doute pas tous les jours qu’on entend une femme dire combien elle a aimé accoucher. Je suis tellement reconnaissante à la vie, à mon corps, à mon bébé, à mon compagnon et à ma sage-femme de m’avoir offert ce sentiment de puissance, de plénitude.

Deux accouchements diamétralement différents. J’ai beaucoup moins souffert et je me suis sentie bien moins seule pour le deuxième, pourtant sans péridurale et dans l’intimité de notre chez-nous.

Il y a tant de manières de devenir mère : accouchement médicalisé ou non, par voie basse ou par césarienne, à l’hôpital, en plateau technique ou à la maison, adoption… Les histoires ne se ressemblent pas, les besoins des familles non plus. Je souhaite à toutes les femmes d’avoir la chance de trouver la voie qui leur correspond le mieux et qui leur permettra d’éprouver cette puissance enivrante d’accueillir la vie qui donne une telle confiance en soi pour notre nouveau rôle de maman.

Naissance à domicile d'Eliah, impression du père

Le 10 décembre 2018, ma femme et moi avons vécu la journée la plus émouvante, intense, et la plus belle de notre vie, avec la naissance de notre petit garçon chez nous à la maison.

A 4 heures du matin, réveil soudain. «Jean, j’ai perdu mes eaux». Un bond alerte hors du lit et la question: ok, je fais quoi maintenant? On protège le lit et on attend... les contractions. Je n’ose pas encore y croire. Nous sommes deux semaines à l’avance et personne ne pensait ( sauf nous peut-être ) que l’enfant naisse sans un peu  de retard vu que c’est notre premier. ça commence.     Un début, les douleurs semblent supportables, je vois Marieke qui semble assurer. Pendant un instant, j’oublierais presque que les contractions vont augmenter et devenir plus intenses. Je demande  à Marieke ce qu’elle veut manger, boire, lui propose de masser les pieds, bref, veut me rendre utile. Marieke n’a pas faim à part pour une part de cake et du sirop, et je me demande comment elle va tenir la journée avec de l’eau sucrée mais rien n’y fait, le corps ne veut rien avaler.

J’appelle mon travail... un de mes collègues me félicite déjà! J’apprécie son enthousiasme mais précise que tout ne fait que commencer ... je vais être absent cette semaine. Encouragements au bout du fil. Je suis nerveux mais me fait une raison, si c’est maintenant, c’est maintenant!

Je trouve un nouveau boulot: noter les contractions, tiens chaque 10 minutes, pas mal. Tiens, c’était une contraction ça? ça se rapproche... et ça fait mal.. on est passés aux contractions ++ (douloureuses)  à 10h et +++ (très douloureuses ) à 11h00 selon mon tableau que je remplis minutieusement tel un ingénieur occupé à mesurer un séisme. A l’étape +++ nous appelons la sage femme, elle vient dans une heure. Les contractions se régularisent depuis un moment déjà, et toutes les 5 minutes j’essaye de tout faire pour sentir ce que sent Marieke, lui envoyer des ondes positives, prendre sa souffrance sur moi mentalement mais sans grande efficacité vu ses grimaces, parler, rester calme,  servir un verre, noter la contraction, et on recommence.

Après avoir essayé de remplir le bain gonflable que nous avions loué, sans succès d’ailleurs vu mon talent à agencer les tuyaux, je me résous: tant pis,on fera ça manuellement avec notre douche et une bassine qu’on trans versera. Tout d’un coup, il semble qu’on n’aie du temps, plus que l’on pensait, que ça se se passe pas comme dans les films, et tant mieux.

Febe arrive à 12h30 et diffuse un calme bienvenue. Elle nous rassure et est super positive quand à l’évolution de la dilatation du col, reste près de nous pendant les contractions avec dévotion. Elle et moi, au bord du lit, en attente, près de Marieke, qui reçoit la douleur et est impressionnante de sérénité et de lucidité pendant les pauses, avec tout juste une petite fatigue qui pointe son nez sur son visage. Je remplis le bain. Dommage pour les tuyaux, les bassines sont lourdes mais efficaces. Et les bouilloires pour réchauffer le tout. Puis l’attente, Marieke marche, s’allonge, fait un tour, souffre sous nos encouragements. Je propose à la sages femme de manger avec moi, et je suis content qu’elle accepte. Notre conversation porte sur tout et rien, ce qui est légèrement étrange voire comique vu ce qui se passe. Nous finissons vite et nous agenouillons près de Marieke.  Il me semble pendant un instant que nous sommes deux priants dans une cérémonie religieuse.

15h. La deuxième sage-femme, Sarah, arrive. «ça y est» je pense, la fin approche.... Des serviettes chaudes sont posées sur le radiateur, tout semble se préciser.... Marieke a vraiment mal et j’aimerais si possible qu’elle m’écrase la main, me tire les cheveux ou me mordre histoire que je sentes au moins un dixième de la douleur. Je prends son bras et fais un sorte de bras de fer étrange lorsque son corps se tend pour l’aider, je ne sais pas pourquoi, c’est instinctif.

Finalement, il est 17h, et vu que le passage semble encore fermé, nous attendons. La sage femme suggère une douehe à Marieke. A partir de là, ma notion du temps n’existe plus. Marieke essaye différentes positions, sous la guidance gentille, mais aussi bien rodée, des sages-femmes. Les positions les plus efficaces sont aussi les plus douloureuses, pas de chance. Marieke ne crie pas beaucoup, j’hésite presque à m’approcher connaissant son intolérance physique en cas de situation asphyxiante. Les sages-femmes m’aident à dédramatiser. Les bouilloires et bouillottes se succèdent. Les sages-femmes suggèrent un passage aux toilettes. Nous attendons de nouveau ensemble avec dévotion. Nous poussons sur le dos de Marieke tour à tour pendant ses contractions. Les sages-femmes nous laissent régulièrement des temps à deux, ce qui permet de souffler, de parler, d’être en couple. Encore un tour debout. A genoux. Sur le côté. Sur le lit. Dans le bain, Encore un petit tour Marieke ? Après deux contractions? Les négociations douces continuent et ça marche...

19h30. Un changement d’atmosphère s’opère dans notre chambre. Les contractions sont maintenant si lourdes/répétitives que Marieke a des petites pertes de conscience. Les sages femmes semblent invincibles de positivité et nous continuons à encourager Marieke sans faille, même si je ne sais pas trop à quel point je bluffe lorsque je lance ‹encore une fois›, ‹ça y est›, ‹oui, exactement, j’ai vu quelque chose... je pense».

Un passage se forme. Ce qui me semble durer une éternité. Une forme présente, je comprends que c’est ça la tête. Elle sort.. et rentre de nouveau, légèrement frustrant, mais on y va, maintenant, oui, wahoo, là ça fait une grosse différence....

20h30. La tête sortie, le bébé glisse à tout allure! Alors que je ne voyais qu’un ensemble rouge et pointu, un magnifique bébé tout rose est sorti illico! Il pleure, est posé contre sa maman, semble en bonne forme, et se rassure vite.

Je pleure; Nous pleurons tous les trois. Eliah est né.


Je ressens un bonheur indescriptible. Ce qui vient après cette naissance appartient à un nouveau monde. Les sages femmes me conseillent de prendre mon bébé contre ma peau, torse nu pour nous lier. Je me sens si calme et confiant avec sa présence contre moi. Je montre à Eliah sa maison... nous sommes déjà chez nous.

Les sages-femmes restent pour s’assurer que tout va bien, peser le bébé, nettoyer les draps. On leur sert les restes de ma fête d’anniversaire qui avait lieu hier soir; et il me semble à présent que je partage un repas avec des collègues de longue date.

Merci à Febe et Sarah  -et toute l’équipe Zwanger in Brussel- pour leur soutien incroyable, le teamwork doux et efficace, entièrement dévoué, qui a créé l’atmosphère propice pour la naissance de notre petit garçon. 

Récit d'allaitement

J’ai eu rendez-vous pour une consultation allaitement avec Elke alors que ma petite Gabrielle, mon deuxième enfant, avait deux semaines. Nous avons connu un début d’allaitement difficile malgré mon expérience avec mon aîné qui a toujours tété comme un champion. Tout avait été facile. Cette fois-ci j’ai eu des crevasses aux deux seins dès le début. J’étais sûre des positions de bébé au sein pourtant (j’étais assez bien renseignée puisque c’est mon 2e allaitement) et la petite prenait du poids. Je n’arrivais pas à me soigner malgré les positions BN (biological nurturing) et l’utilisation de différentes crèmes, de lait maternel après les tétées d’abors tel quel puis en compresses. Nous avions également déjà vu un ostéopathe pour aider ma petite à ouvrir sa mâchoire car elle gardait sa bouche peu ouverte pour les tétées et me pinçait le mamelon.  Il y avait du mieux mais je pensais à un problème de frein de langue puisque la guérison était vraiment lente, je voulais en avoir le cœur net, et c’est comme ça que j’ai fait appel à Elke, consultante IBCLC.

Lors de la première rencontre Elke m’a beaucoup rassuré et m’a confirmé que bébé était bien positionné, elle m’a donné des conseils pour me soigner (ah, les silverettes !) et pour mieux nourrir bébé (en la laissant attraper le sein seule, en pratiquant la compression du sein pour la stimuler). Comme mon pédiatre elle voyait bien un petit frein mais a priori rien qui ne puisse bloquer l’allaitement. Je suis partie reboostée... mais j’étais aussi épuisée et inquiète et je voyais bien que les tétées n’étaient pas efficaces. Deux jours après, un samedi, j’ai rappelé Elke qui était de garde car je me sentais dépassée et inquiète, et qu’en plus, Gabrielle n’allait plus à selles. A ce moment là, nous avons travaillé à booster ma lactation avec beaucoup de repos, des tisanes d’allaitement et en tirant mon lait pour pouvoir donner un complément à Gabrielle qui permettrait d’être certaines qu’elle prenait au moins ça dans la journée... En effet, elle ne prenait pas non plus autant de poids qu’il aurait fallu.

A la consultation suivante pendant le babyboost du jeudi, comme Gabrielle n’avait pas décollé en poids et ne semblait pas téter très efficacement (elle s’endormait rapidement au sein) Elke m’a donné les coordonnées de l’ORL avec qui elle travaille pour vérifier le frein de langue de mon bébé. Nous avions aussi constaté que mon mamelon était toujours déformé en « bâton de rouge à lèvres » en fin de tétée.

J’ai eu un rendez-vous ultra rapidement avec ce super médecin, une personne rassurante et bienveillante qui m’a bien expliqué tout avant de couper le frein de ma puce.

J’ai encore eu un dernier rendez-vous avec Elke pour confirmer que tout est désormais en place. Ma petite prend du poids et les tétées sont bien efficaces (enfin la plupart ;) un câlin c’est un câlin !) et tout va mieux. 
Je voudrais dire aux mamans et papas qui lisent mon témoignage de ne pas hésiter à se faire aider et chercher du soutien. Si ça n’avait pas été un 2e allaitement j’aurais sûrement abandonné, j’y ai d’ailleurs songé plus d’une fois ! J’ai apprécié la bienveillance et l’aide de Elke qui m’a aidé à sauver cet allaitement qui me tient tant à cœur ! 

Verrept Dekeyserstraat 39 Molenbeek 1080
info@zwangerinbrussel.be


Sitemap

Abonnez-vous à notre newsletter

{{ newsletter_message }}

x

{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x